Halte, dit le comte d’une voix railleuse, halte, je vous prie, caballeros, un pas de plus


J’ai donne au mayordomo un rendez-vous ou il doit m’attendre, c’est a ce rendez-vous que nous allons en ce moment. . Nom de pas Diou, que lebre!.

Je reste au-dessous de la verite; il a beaucoup d’ennemis.

Son idee fixe le tourmentait. Elle hausse les epaules.

Don Horacio y imprima ses levres avec respect et se tournant vers son beau-frere et son neveu toujours immobiles: –Vous seuls, dit-il tristement, serez-vous donc impitoyables? –Nous n’avons plus le droit de punir, repondit sourdement don Jaime. Comment vous sentez-vous? lui demanda le jeune homme avec interet. C’etait la tyrannie d’une seule classe de citoyens sur toutes les autres, et, dans le crime commis contre tout ce qui n’etait pas elle, elle goutait des joies sadiques, monstrueuses. Vous nous avez trompes, c’est entendu, mais, par suite, nous nous sommes trompes.

.

Caque, caque.

Les derniers apprets furent bien vite termines; le comte descendit. J’ai tous ces petits levrautons dans ma tete. . . De quel droit suspectez-vous leur bonne foi? Pourquoi pas la mienne? Qu’ai-je a gagner, moi par exemple, a l’avenement de Maurin, de Pastoure et de tous les proletaires de France? Rien. Ils se dirigerent alors vers le monticule.

. L’etranger parut reflechir un instant. Pitalugue cria a son aine qui n’etait plus beaucoup loin: –Pitalugue, j’ai de la ficelle a la poche, va vite la prendre dans ma veste qui est pendue a l’olivier le plus proche. Tonia ne manqua pas de railler Sandri, a mots couverts, sur sa malheureuse equipee; et l’irritation du joli gendarme contre Maurin en fut accrue, tandis que le gout de Tonia pour Maurin, qu’elle n’avait plus revu, s’exaltait chaque jour un peu davantage.

Les choses allerent bien pendant plusieurs jours. Son frere l’accueillit fort bien, lui assigna un appartement dans son palais; le lendemain l’union projetee s’accomplit. C’est un coup difficile, pourquoi il sote a tout momein d’une branche a l’otre, mais tout de meme vous en amirez deux ou trois a la file, quan ils se passent l’un devant de l’otre, et vous tirez.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.